Evaluation Prévisionnelle de la Performance des Récoltes de la Campagne Agricole de Printemps 2014

L’année agricole 2014, caractérisée par une saison de printemps très difficile, se présente en contraste avec l’année

2013 dont le printemps et le reste de l’année ont été favorables du point de vue climatique. Il y a des similitudes

entre l’Mange_14année 2014 et l’année 2012 du fait qu’une longue sécheresse a sévi pendant le printemps. Le secteur a subi

aussi l’impact du vote tardif du budget limitant les interventions du Ministère de l’Agriculture. La production 2014

est de 38% inférieure à l’année 2013-2014 en Tonnes Equivalents Céréaliers (TEC).

Pourtant, il y a eu des pluies en février-mars permettant des semis un peu partout sur le territoire (Sud, Sud-est,

Grand-Anse, Artibonite, Nord, Nord-ouest) conduisant à une bonne production pour le mais, le haricot. Les

premières récoltes de tubercules furent bonnes. Puis, s’installe la sécheresse de mai-juin qui a affecté les plantations en fonction de leur date de semis. Les principales productions se trouvaient à un stade critique : floraison,

remplissage de grain, tubérisation). D’un autre côté, les pluies sont arrivées tardivement sur les parties basses du

Centre, les Nippes, l’Ouest, le Nord-est et sur les zones côtières. Les assolements sont réduits et les semis sont

établis progressivement en juillet, août et septembre.

 

En juxtaposant l’année fiscale 2013-2014 avec l’année agricole 2014-2015, le PIB agricole devra subir une baisse

sensible du fait que les premières récoltes issues des semis de février-mars, avril et mai sont faibles. Par contre, les

efforts coordonnés par le Ministère de l’Agriculture au cours des mois de septembre, octobre et possiblement

novembre peuvent influencer le niveau de la production de l’arrière saison (octobre à février/mars) qui couvre les

deux premiers trimestres de la nouvelle année fiscale octobre 2014-septembre 2015. La sécheresse subie peut être

associée à l’aléa climatique El niño. Cependant, les pluies étaient plus ou moins régulières d’août à octobre.

 

Eval_Tab

 

La superficie assistée a augmenté dans le nord, le nord-est et le sud avec la présence de plusieurs projets mais la

sécheresse a sapé les efforts consentis.

 

A côté de la sécheresse, les facteurs limitants de la saison de printemps 2014 sont d’ordre structurel: le faible

rendement du matériel végétal qui date des années 1970-80, la faible fertilité des sols, les faibles ressources du

producteur pour compléter les subventions reçues, la faible productivité du travail.

 

Les parcelles les plus productives sont celles qui ont adopté des techniques agro-écologiques : des cultures associées

en densité raisonnée, des rampes de paille augmentant la fertilité et l’humidité du sol, le contrôle de l’érosion,

l’entretien de la parcelle.

 

La production des fruits est très performante et a permis des compensations sur les pertes des cultures annuelles.

L’arbre véritable, l’arbre à pain, les mangues, l’avocat, le chadèque, le grenadia ont une bonne performance.

 

Les résultats de la campagne agricole 2014 ont été présentés et commentés le 29 septembre 2014 au Ministère de

l’Agriculture à la conférence des directeurs départementaux et le 2 octobre 2014 à la réunion du GTSAN à la CNSA.

 

Telechargez le rapport